Baromètre politique (février 2020) : la défiance à l'égard de l'exécutif se poursuit

La vague de février du baromètre politique Kantar-onepoint pour Le Figaro Magazine a été réalisée du 30 janvier au 3 février 2020.
Voir le rapport Contactez-nous
Baromètre politique
Emmanuel Rivière
Emmanuel
Rivière

CEO France, Division Public

Contactez-nous

 

Réalisée du 30 janvier au 3 février, la dernière vague du baromètre Kantar-onepoint pour le Figaro Magazine marque un nouveau mais léger recul de la confiance accordée par les Français au président de la République et au Premier Ministre. Cette nouvelle baisse intervient après presque deux mois de manifestations contre le projet de réforme des retraites, alors que les syndicats ont annoncé une pause dans la mobilisation et que l’examen du texte de loi démarre à l’Assemblée Nationale avec près de 22 000 amendements déposés par les députés de l’opposition. C’est donc dans ce contexte politique délicat que l’exécutif aborde les élections municipales qui se tiendront du 15 au 22 mars.

Après deux mois de mobilisation contre la réforme des retraites, une confiance dans l'exécutif à un niveau toujours bas

La cote de confiance d’Emmanuel Macron enregistre une baisse de 1 point par rapport au mois dernier, pour se situer à 24%, alors que la défiance à son égard baisse elle aussi de 1 point (à 72%). Cette quasi-stabilité vient toutefois confirmer une baisse constante depuis novembre dernier. En 3 mois, le président a reculé de 6 points. Avec 24% des français qui lui font confiance pour résoudre les problèmes qui se posent en France actuellement, Emmanuel Macron retrouve le même niveau qu’il y a juste un an, avant la relative embellie de sa popularité pendant l’été (il avait atteint 32% en septembre).

Pour ce début février, la baisse de la cote de confiance d’Emmanuel Macron est particulièrement marquée chez les 65 ans et plus (34%, -4 points). Le président de la République enregistre, cependant, un regain de confiance chez les employés et ouvriers avec 17% de confiance (+4 points). De même, le chef de l’Etat progresse auprès des sympathisants de gauche, où sa cote de confiance augmente de 6 points (à 17%). A l’inverse, chez les sympathisants Les Républicains, Emmanuel Macron enregistre une baisse de 12 points (à 28%).

La cote de confiance du Premier ministre baisse de 2 points ce mois-ci s’établissant à 25%. Comme pour le président de la République, la défiance envers Edouard Philippe diminue ce mois-ci (69%, -1 points). Pour le Premier ministre qui a, récemment, annoncé sa candidature à la mairie du Havre, l’élection municipale s’annonce comme un véritable test dans un contexte difficile.

A l’instar du chef de l’Etat, le Premier ministre enregistre une baisse de confiance chez les personnes âgées de 65 ans et plus (38%, -3 points) mais à l’inverse d’Emmanuel Macron, Edouard Philippe connait une baisse de confiance chez les employés et ouvriers (14%, -4 points). Le chef du gouvernement enregistre un regain de confiance auprès des sympathisants de gauche (16%, +1 point), et particulièrement chez les sympathisants d’EELV (27%, +4 points). Néanmoins, la confiance à son égard recule chez les sympathisants de La République En Marche (79%, -3 points), et chez les sympathisants Les Républicains, son parti d’origine (38%, -6 points).

Auprès de l'ensemble des Français, Anne Hidalgo à une longueur d'avance sur ses concurrents à Paris : Rachida Dati, Benjamin Griveaux et Cédric Villani

Dans l’ensemble, les cotes d’avenir des différents hommes et femmes politiques testés dans notre baromètre sont relativement stables ce mois-ci, Nicolas Hulot est toujours de très loin la personnalité dont les Français souhaiteraient le plus qu’elle joue un rôle important au cours des mois et des années à venir (49%, +3 points), une cote de confiance qui est même en hausse après deux mois de stabilité.

Derrière Nicolas Hulot, ce sont 4 personnalités de gauche qui se partagent les premières places du classement des cotes d’avenir des personnalités politiques : Anne Hidalgo (25%, +1 point), Martine Aubry (23%, -3 points), toutes deux candidates aux municipales dans leurs villes respectives, Ségolène Royal (23%, +1 point) et Jean-Luc Mélenchon (23%, au même niveau que le mois dernier).

A droite, les deux personnalités dont les Français souhaitent le plus voir jouer un rôle à l’avenir restent François Baroin (20%, -1 point) et Xavier Bertrand (20%, -1 point). De manière notable, les deux personnalités enregistrent des niveaux de confiance aussi élevés auprès des sympathisants LaREM (46% pour François Baroin et 45% pour Xavier Bertrand) et auprès des sympathisants LR (respectivement 49% et 46%).

A noter également, la cote d’avenir de Rachida Dati, candidate LR pour la mairie de Paris, qui s’établit à 16% et qui est l’une des seules à progresser ce mois-ci (+2 points) avec celle de Nicolas Hulot et Laurent Wauquiez.

Pour les personnalités politiques affiliées à La République En Marche, Benjamin Griveaux engagé dans les municipales à Paris conserve une cote d’avenir stable (7%) mais enregistre une baisse auprès de sa propre famille politique (-2 points chez les sympathisants LaREM à 23%). Le constat est le même pour Cédric Villani (11%) qui vient de perdre son statut de membre du parti de la majorité suite à sa candidature dissidente dans la capitale (-4 points auprès des sympathisants LaREM à 18%).

Enquête Kantar-onepoint réalisée du 30 janvier au 3 février 2020, pour Le Figaro Magazine, auprès d’un échantillon national de 1000 personnes représentatif de l'ensemble de la population âgée de 18 ans et plus, interrogées en face-à-face à leur domicile par le réseau des enquêteurs de Kantar. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

Contactez-nous